L’attente créative by Alain Roy

DeathtoStock_Meticulous-09.jpg

Depuis que je suis capable d’une certaine conscience de ce qui m’entoure, mes neurones sont en ébullition, toujours. En voiture, en marchant, en visionnant un film ou tout simplement en discutant avec des proches, ma tête fonctionne, les idées fusent, c’est le propre de mon métier, je suis créatif.

Pourquoi cette introduction? Simplement pour partager un état d’esprit que je vis quotidiennement et surtout pour faire part de la grande passion que j’ai pour la créativité.

Fréquemment, je rencontre de nouveaux possibles clients, des entrepreneurs passionnés par leur marché, leur entreprise et leur profession. Des entrepreneurs à la recherche de créatifs pour structurer et développer l’identité de leur entreprise. Ce sont de formidables rencontres, de belles discussions sur la vision de leur travail, ce qu’ils apportent, vers où souhaitent-ils amener leurs entreprises, bref une rencontre souvent extrêmement inspirante. 

Déjà avant même la rencontre, je me prépare, je fais une recherche sur l’entreprise, son marché, ses services, ses produits, son équipe, les dirigeants, etc. Je suis en mode Réception. Ma tête doit apprivoiser en un court laps de temps ce que l’entreprise en question a vécu en plusieurs années. Je ne m’en plains pas, au contraire, je suis curieux et j’adore découvrir de nouvelles entreprises et surtout de nouvelles personnes. Déjà au travail, les idées se bousculent.

Lors de cette rencontre, les dirigeants viennent confirmer ou infirmer ce que j’ai appris dans ma recherche sommaire. Ensuite viennent les objectifs de cet exercice, le pourquoi de ma présence à cette rencontre, le positionnement souhaité par les dirigeants, l’identité qu’ils veulent transmettre et je dois également comprendre ce qu’ils recherchent dans un collaborateur externe et ce que je peux leur apporter avec mon expertise et mon expérience. Je vous assure que ces rencontres sont des plus stimulantes, mon cerveau pourrait facilement partir de tous les côtés, les neurones créatifs explosent, ils sont immédiatement sollicités, mais, car il y a un mais, je dois me retenir, je dois retenir ma créativité. Je suis alors en mode Attente créative. Attendre que le possible client décide de me faire confiance pour une collaboration. Je suis au travail, mais en attente.

L’attente créative est probablement la phase de mon travail la plus exigeante. Mon cerveau n’attend que le Go. Durant cette attente, mes neurones captent des images, des mots et mon cerveau peaufine des concepts, des stratégies. Chaque instant de mon quotidien vient nourrir cette créativité, plusieurs secondes d’une journée sont investies dans une créativité qui n’attend qu’à se concrétiser. Parfois, le Go est donné, parfois non.

Comme créatif, j’ai développé quelques trucs pour tenter de mettre à profit cette phase d’Attente créative : 

  • un calepin de notes toujours à portée de main, les idées sont nombreuses et elles peuvent m’échapper, mieux vaut les noter, car elles peuvent servir;
  • la prise de photos, parfois une image résume rapidement plusieurs idées, mais ces images doivent être classées immédiatement, sinon c’est peine perdue;
  • être proactif, rien de mieux que de proposer les nouvelles idées aux clients existants ou souhaités, de cette façon l’idée va peut-être se réaliser ou prendre un autre chemin inattendu et laissera la place pour toutes les autres idées. 

Je ne suis pas différent de mes collègues créatifs, ce qui fait que parfois nous semblons dans la lune ou préoccupé, mais n’ayez crainte, nous sommes au contraire tout à fait présent, il faut simplement nous laisser le temps de ranger nos idées, en quelques secondes nous serons de retour. 

La meilleure solution : ne pas faire attendre le créatif, vous avez un projet, go! Il est déjà au travail!

Lorsque la vie nous fait une belle surprise. by Alain Roy

Mes deux garçons, Jean-Loup et Jacob en 2008

Mes deux garçons, Jean-Loup et Jacob en 2008

En mai 2001, plusieurs raisons m’ont menée à la décision de travailler comme designer graphique indépendant :

- Mon deuxième garçon venait de naître, je souhaitais donc être plus disponible pour mes deux garçons; 
- Le temps passé sur la route me permettait certainement de réfléchir, mais il vient un temps où l’action a le goût de prendre une place plus importante; 
- La liberté qu’offrait le travail à la maison était également un facteur important;
- La fierté d’enfin discuter de décideur à décideur auprès des clients, wow!

Mais de toutes ces raisons jamais il ne m’était venu de voir l’opportunité de bâtir quelque chose pour mes descendants...

Ce weekend avait lieu un souper familial pour souligner l’anniversaire de ma sœur ainée, Francine, 60 ans. Je suis le plus jeune d’une belle famille de 7 enfants, je serai donc toujours le petit frère, le bébé de famille. Elle est importante ma famille, est-ce que mes frères et sœurs comprennent bien ma passion pour le design? Comprennent-ils le design? Vraiment? On s’en fout!!! La famille nous rend heureux, nous fait sourire et nous motive. Oui c’est motivant de voir les beaux jeunes adultes que deviennent mes nièces et neveux, ils ont un bel avenir devant eux et ils savent qu’ils ont une famille solide pour les accompagner. Ces soirées nous rappellent vivement que les journées passent vite, que les décisions prises durant les dernières années, nécessitent parfois un retour ou du moins un questionnement. 

De mon côté, ce questionnement met venu par mon fils ainé, Jacob, 21 ans. À la fin du repas, il me regarde avec un regard gêné et me demande, toi papa, lorsque tu as fondé ton studio de design est-ce que tu le faisais pour nous le transmettre plus tard? Est-ce que c’est quelque chose que tu aimerais qu’il arrive, qu’un de tes deux garçons prend la relève?

Wow! 

Bouche bée!

Surpris!

Extrêmement fier!

Très ému!

Et il rajoute, tu sais papa, je suis très fier de ce que tu fais, de ce que tu as bâti. Plus jeune, lorsque je tentais de savoir ce que je voulais faire de ma vie, je me disais, je ne serai pas un graphiste comme mon père, ce serait comme trop facile... Mais là, je crois que j’aimerais ça participer à ça!

Wow! 

Bouche bée!

Surpris!

Extrêmement fier!

Très ému!

Donc, depuis ce weekend, je ne vois plus mes journées de la même façon, les 60 ans de ma sœur ainée me rappellent qu’il faut profiter à fond de ce que la vie nous offre. Les paroles de mon fils ainé donnent une tout autre signification à mon travail, mais surtout aux relations que j’ai développées au fil des ans. Plusieurs clients sont devenus de bonnes connaissances, certains de très bons amis. Ils connaissent bien mes fils, mon histoire et de savoir qu’il y aura peut-être une suite à tout ça, ils en seraient vraiment heureux et probablement beaucoup moins surpris que moi. Il faut dire que mon fils a l’œil, il a déjà une passion pour l’image, il ne nous reste qu’à définir la suite de cette histoire.